Sauvons la Neutralité du Net, Sauvons Internet – SavetheInternet.eu/fr


À henri.weber@europarl.europa.eu, catherine.trautmann@europarl.europa.eu, michele.rivasi@europarl.europa.eu, franck.proust@europarl.europa.eu, corinne.lepage@europarl.europa.eu, jacky.henin@europarl.europa.eu, francoise.grossetete@europarl.europa.eu, gaston.franco@europarl.europa.eu, rachida.dati@europarl.europa.eu, jean-pierre.audy@europarl.europa.eu [1]


Madame, Monsieur,

Nous vous contactons aujourd’hui car nous sommes inquiets. Très inquiets.

A la mi janvier, une cour fédérale des États-Unis d’Amérique a annulé les règles de neutralité du net imposées par la FCC (Federal Communications Commission). Pour cause, Verizon (un Fournisseur d’Accès Internet = FAI) voulait bloquer des services, en ralentir d’autres, en jouant sur le débit. Leur but, à peine caché, est de se faire de l’argent.

Certes, vous allez nous dire, pourquoi ne pas se priver de générer de l’argent là où on peut le faire. Pourtant, il faut voir au-delà de l’aspect purement vénal. Car si vous êtes de ceux qui considèrent que créer un besoin pour générer de l’argent c’est bien, il faut que vous envisagiez toutes les conséquences qui vont s’enclencher si VOUS participez à la mise en place d’une telle politique au sein de l’Union Européenne. (C’est vous qui avez le pouvoir de voter, pas nous. Vous serez donc directement responsable si vous ne votez qu’au nom des lobbys et non au nom du peuple. Ce peuple que vous représentez, que vous devez servir en votre âme et conscience)

Nous vous contactons car nous avons l’espoir que vous n’êtes pas comme ces eurodéputés qui ne connaissent pas les affaires en cours. Nous vous contactons car nous savons qu’à la lecture de ce paragraphe, vous savez déjà que vous avez le pouvoir de faire quelque chose d’important, qui peut changer la face d’Internet : voter, et voter bien.

La commission ITRE va bientôt voter sur la proposition de la Commission pour l’achèvement du marché unique numérique.

En tant que citoyens de l’Union Européenne, nous sommes très inquiets que certaines dispositions du projet n’atteignent les protections significatives pour la neutralité du net que la Commission avait pourtant déjà mis en place. D’ailleurs, le projet actuel conduirait à la possibilité de limiter les accès au contenu et services Internet. Sauf que nous ne parlons pas d’accès à de la pédopornographie, à des appels à la violence ou à la haine. Nous parlons d’accès à n’importe quel contenu (votre blog ? Qui sait, puisque rien n’est définit dans le texte, pourquoi les FAI ne feraient pas payer l’accès à des blogs, si cela leur permet de se faire de l’argent sur votre dos et le nôtre !) ou services internet (l’accès à notre compte en banque pour faire des dons à votre parti politique ?).
Par conséquent, nous vous prions de bien vouloir prendre en compte ce qui suit.

L’article 23 du projet de texte laisse la porte ouverte à un Internet à deux vitesses en permettant aux FAI (Fournisseurs d’Accès Internet) d’offrir des vitesses à des taux différents par des «services spécialisés» définis de manières assez peu claires. Ce flou pourrait donner la création de certains services prioritaires, et d’autres relégués aux voies lentes, et donc à une limitation de la liberté de communication et des possibilités à l’innovation. (Article 2.15). Afin d’introduire la clarté juridique, nous vous prions de soutenir un amendement concernant cette définition pour s’assurer qu’elle ne couvre que les services qui ne sont pas exécutés sur l’Internet public.

En outre, le projet actuel permettrait des accords discriminatoires entre l’accès et les fournisseurs de contenu tant qu’ils ne « nuisent pas de manière récurrente ou continue de la qualité générale des services d’accès Internet ». Cette disposition manque de clarté, nous vous demandons donc de soutenir la suppression du mot «général» .

Enfin, afin de rester conforme à la Charte Européenne des Droits Fondamentaux, il est essentiel de supprimer les références aux atteintes arbitraires à la circulation pour des raisons de politique publique.

J’espère que notre contribution sera utile. Nous restons à votre disposition.

Cordialement,

Des citoyens inquiets.

Nous vous recommandons de visiter le site de SaveTheInternet. Il est en Français désormais.


[1]En haut de cette page, vous trouverez la liste des e-mails des eurodéputés de la commission ‘Industrie, Recherche et Énergie’ Français concernés par ce message. Nous avons choisi de camoufler grossièrement les adresses mais vous pouvez user d’un copier rapide pour les coller sur vos envois d’e-mails. Les adresses sont disponibles sur le site du parlement européen.
Si vous souhaitez adresser cet e-mail à d’autres eurodéputés francophones d’autres pays, vous trouverez leurs e-mails sur cette page.
Choisissez l’organe politique [commission], puis [Industrie, recherche et énergie]. C’est cette commission qui, le 27 février prochain, décidera de nos droits et libertés, décidera de l’avenir d’Internet. Mobilisez-vous !

Publicités

Babaille neutralité du Net ! Bisous !


Coucou !

Cette semaine, une cour fédérale des United States of Washington a annulé les règles de neutralité du net imposées par la FCC (Federal Communications Commission). Pour cause, Verizon (un FAI) voulait bloquer des services, en ralentir d’autres, en jouant sur le débit. Pour se faire plus de thune certainement…

Et bien sûr, en voyant passer ça sur Twitter, on a pu lire des trucs genre « olala kil sont con ces amerikain lolilol« .
Et keuwa ? Qu’est-ce que j’apprends quelques minutes plus tard ? La commission européenne se penche sur une règlementation qui permettrait à nos FAI de faire pareil ?

Comprenez, j’en ai gros. Car après m’être dit « non mais les eurodéputés, c’est pas des tanches, ils vont pas voter un caca pareil« , je me suis rappelé qui étaient les eurodéputés Français (et y’a pas que des flèches). Je me suis remémoré ces moments d’interventions magiques à l’assemblée nationale de Cricri Albanel et là, ça a fait POP POP dans ma tête.

Là, j’ai grillé qu’il était absolument impossible de faire confiance à nos eurodéputés et que ces cons étaient capables de voter un truc sans savoir ce que c’est, sans lire, toussa toussa.

Bref, j’en ai gros, et je voulais faire un post ici pour savoir si j’étais qu’une grosse conne paranoïaque qui voyait le mal partout ou si mes craintes étaient fondées.
Si vous pensez que ça vaut le coup d’envoyer des jolis petits messages aux gens concernés ou si vaut mieux qu’on reste à crever dans nos culs.
Si vous pensez même carrément autre chose…

Sachant qu’en tant que Française émigrée au Belgikistan, juste pour avoir accès aux Internets, en illimité, on peut payer entre 30 et 50 balles, ça me ferait très très mal au cul de pas pouvoir pleinement profiter de ma connexion pour ce prix-là…

Enfonçons des portes ouvertes sur les anti-mariage pour tous


Changement de calendrier sur le mariage gay : « Hollande veut du sang, il en aura! »

J’adore ce passage qui commence à 1:35 :

Journaliste – Vous dîtes, justement, qu’il faut s’occuper du chômage, de l’économie, de la croissance… Ça laissera du temps aux députés pour travailler sur d’autres dossiers que le mariage.
Christian Jacob – Et bien justement, l’intérêt, c’était de respecter le calendrier et pendant ce délai d’un mois, on pouvait être sur d’autres textes. Là, l’opération, attendez, personne n’est dupe, c’est de tourner les projecteurs vers ce sujet pour éviter de parler de l’affaire du scandale de l’affaire Cahuzac. On est dans une vraie manœuvre de diversion de plus.

Donc ça voudrait dire que le gouvernement, pour étouffer un scandale, table sur le fait que les anti-mariage pour tous sont tellement cons qu’ils font en sorte qu’on parle d’eux pour qu’on ne parle plus de Cahuzac. Que font-ils ? Ils se lâchent sur twitter et gueulent comme des veaux des choses absolument scandaleuses…

Je ne comprends pas le trip de guerre civile de CriCri Boutin… Qu’est-ce qu’ils vont faire les 4 engins qui veulent absolument refuser des droits égalitaires à leurs concitoyens ? Ils promettent du sang ? Mais arrête Cricri, t’es déjà pas fichue d’encaisser un peu de lacrymo sans t’effondrer…
Faut qu’ils se fassent une raison, ça ira mieux… Ils vivent au XXIème siècle. S’ils ne sont pas contents, au lieu de faire chier le monde, ils se sortent les doigts et inventent une machine à remonter dans le temps et voilà.
Puis, il faut vraiment qu’ils arrêtent leurs conneries, nous, Français à l’étranger, on passe vraiment pour des cons…

Mariage pour tous : pour Wauquiez, le Larousse « s’assied » sur le travail parlementaire

Coucou la France, je suis en Belgique et tu sais ce que j’ai vu à la FNAC, au MediaMarkt et dans d’autres magasins où on peut acheter des dictionnaires ? Le Larousse !
Comme l’a si bien souligné notre cher Minuit Le Chat, les dictionnaires de Français sont utilisés en France mais aussi dans les autres pays où on parle le Français. On remerciera Wauquiez et Mariton d’alimenter le cliché du Français égocentrique.

Enfin, je comprends qu’ils soient à court d’arguments pour faire parler d’eux. Refuser de reconnaître l’égalité de leurs concitoyens homosexuels, leur refuser les mêmes droits que les hétérosexuels ont, invoquer la religion alors que, même si on a un héritage chrétien avec nos supers cathédrales et nos églises, ça fait quand même un sacré bout de temps que la France a souhaité séparer l’Église et l’État, rien qu’avec ça, ils passent déjà bien pour des truffes…

Les mecs de Civitas, les curés, les mémères cathos qui sont passées à la télé m’ont fait un peu penser aux gens qui pensaient que les noirs étaient des animaux, des barbares, des sous-humains.
Les curés disent qu’on provoque la colère de Dieu ? Mon Bisounours et la Fée des Dents m’ont confié que Dieu s’en branle complètement du mariage pour tous.
Les mémères jugent que les homosexuels sont des gens malades, qu’il faut enfermer ? Elles doivent aussi surement penser que le SIDA ne concerne pas les hétérosexuels et qu’on peut l’attraper en étant ans la même pièce qu’un séropositif. A ce stade, on n’est plus à une ânerie près.

« Mariage pour tous » : les dérapages multiples de Christine Boutin

cricrisenvatenguerr3Je trouve scandaleux que des gens qui se réclament d’obédience catholique (« Dieu est amour » et tout et tout) en appel à la violence, à la guerre, au sang parce qu’on accorde l’égalité aux homosexuels, les mêmes droits que les hétérosexuels. Là encore, ça sonne vraiment comme s’ils les considéraient comme une sous-catégorie de la population, pas assez bien pour être considérés comme leurs égaux.
La guerre ? Le sang ? La violence ? M’enfin ! La question porte sur l’Amour bordel ! L’Amour ! Pourquoi tant de haines quand la question concerne l’Amour entre deux êtres humains consentants et dans les limites de la loi. Je veux dire, la pédophilie, la nécrophilie, c’est interdit par la loi. L’homosexualité non.
J’allais dire « l’inceste » aussi mais je pense que si CriCri est marié à son cousin germain et qu’elle ne s’en cache pas, ça doit pas être si illégal que ça.

Les autres liens de la semaine…

.

Pourquoi j’en ai rien à foutre de Depardieu et des gens qui défilaient hier


Ce soir, on a eu une coupure d’internet. Alors ce soir, j’ai appelé ma mère pour faire un brin de causette, savoir comment elle allait, avoir des nouvelles de sa voisine à qui on a volé les pots de fleurs. J’en profite au passage pour adresser un message personnel aux voleurs : « bien joué les mecs, ça fait des années que ça me démangeait d’envoyer valser dans les escaliers ces putains de pots de fleurs qui m’empêchent de rentrer chez ma mère avec ma valise sans jouer les ninjas ».

Denholm ReynholmDonc ce soir, j’avais ma mère au téléphone et à un moment, on discutait de l’actualité et elle me dit que Depardieu lui sot par les yeux. « Oui, il m’énerve, il dit des trucs sans savoir et tout le monde l’écoute, on le voit partout, j’en ai marre ! ». Et je la comprends. Car même si je n’ai pas la télé, que je n’écoute pas la radio, j’ai quand même un compte Twitter et un autre Facebook et parfois même, dans mes mails, je reçois des réactions par rapport à ce que dit Monsieur Depardieu dont je me fous pourtant éperdument.

Presque autant que les mecs qui étaient dans la rue hier pour manifester contre l’union de deux êtres qui s’aiment. C’est vrai que c’est quand même rigolo de voir des gens te dirent « ma religion parle d’un dieu qui n’est qu’amour » et qui vent te bassiner que voir deux personnes du même sexe s’aimer c’est sale. Je n’ai pas envie d’enfoncer des portes ouvertes et donner mon avis sur la question, même si je m’en fous. Je ne suis ni pour, ni contre, tant qu’on me force pas. Je ne suis pas pour ou contre le mariage en général, tant qu’on me laisse le choix. Aussi, je comprends que les homosexuels souhaitent avoir ce même droit d’avoir le choix. Mais foncièrement, je m’en fous complètement parce que là-dedans, il n’y a pas de vie en jeu. (et surtout, quand tu vois que le gouvernement en a rien à foutre quand on va manifester pour nos emplois, notre retraite, notre éducation, notre santé, notre avenir,… je crois qu’il va pas trop s’embarrasser de 400 cons qui viennent râler au nom de leur ami imaginaire…)

Je disais à ma mère que ça me touche d’avantage d’apprendre qu’un mec se suicide parce qu’un procureur a décidé de se le faire. Que ce mec soit un génie ou pas. Que ce mec soit jeune ou pas. Que ce mec est révolutionné de nombreux aspects d’internet, ou pas. Tout autant que cela m’avait bouleversé de voir ce mineur italien s’ouvrir les veines en direct à la télévision, savoir qu’il est arrivé un suicide parce qu’il y a vraiment quelque chose qui pue dans la justice humaine, ouais, ça me touche nettement plus que les divagations d’un Obelix bourré, ne sachant même pas prononcer le nom de la ville dans laquelle il se trouve.

Tout comme je n’ai pas envie de m’attarder sur ces grenouilles de bénitiers ou autres réfractaires des libertés égalitaires de notre chère république, je préfère me réjouir d’une décision de justice qui la met bien profond dans les fesses d’une société pétrolière, qui pensait pourvoir saloper plusieurs régions magnifiques de notre belle planète sans payer pour ses crimes. Ouais.

Bref, les gars, je sais que, comme beaucoup, ça vous saoule d’entendre parler de certains sujets plus que d’autres. Je sais que ça vous gave tout autant que moi qu’on privilégie les sujets qu’on nous met devant la gueule pour mieux vous cacher le reste, alors tâchons, de notre mieux, d’essayer un peu chaque jour, de faire notre actualité nous-même, en replaçant, dans un premier temps, nos priorités là où elles devraient l’être.

L’autre actualité

Au Belgikistan (spécial pour Minuit*)

L’utilisation des données personnelles durant la campagne électorale des communales


Il était temps que quelqu’un pose la question…

Comment les candidats se procurent-ils nos noms, prénoms et adresses postales dans le but de nous adresser des courriers parfois personnalisés dans le cadre de la campagne électorales des communales en Belgique ?

La question a été posée à un candidat qui a bien voulu laisser son adresse e-mail personnel dans un courrier adressé à une Française domiciliée à Ixelles. Voici la question :

Monsieur,

Je me permets de vous écrire car j’ai une question.

J’ai bien reçu votre courrier du 12 septembre 2012 dans une enveloppe avec mes noms, prénoms et adresse.
J’aimerai savoir comment vous avez obtenu mes coordonnées.

J’avais déjà reçu, il y a quelques semaines, le même genre de courrier (dans le sens où le courrier était adressé nominativement) de la part du cdH. Je leur ai posé la question [1] mais n’ai jamais obtenu de réponse. Dans le cas où ce parti semble incapable de donner réponse à une question aussi simple, je pense qu’il est irresponsable de donner ma voix à des gens aussi peu compétents pour d’aussi petits sujets.
J’aimerai tout de même savoir dans quelles mesures les candidats peuvent avoir accès à des informations aussi personnelles que celles-ci.

Peut-être que vous, vous serez en mesure de me répondre.

Sachez que j’ai, autour de moi, un certain nombres d’amis, Belges mais aussi des Français établis en Belgique, qui se posent la même question. J’aurai donc à loisir de leur transmettre votre réponse (ou l’absence de réponse), vous épargnant ainsi de recevoir plusieurs fois cette même question dans votre messagerie.

Je vous remercie d’avance de votre réponse.

Sincèrement,

Et la réponse :

Madame,

Tout d’abord, je tiens à vous remercier pour votre message.

En ce qui concerne votre question, sachez que pour les élections communales du 14 octobre prochain, l’administration communale d’Ixelles délivre, à tous les candidats (dont le nom a été officiellement déposé par un parti politique), la liste des électeurs de la commune.

Cette liste, qui comprend votre nom, adresse, date de naissance, nationalité et genre, permet donc aux candidats de connaitre les électeurs ixellois. Pour votre information, Ixelles comprend 80 000 habitants et 42 000 électeurs.

Je me suis donc permis d’utiliser votre adresse afin de vous écrire un courrier relatif à notre quartier. J’espère que les éléments développés dans mon courrier vous ont, néanmoins, intéressé ou du moins interpellé.

Je reste, bien sûr, à votre disposition, ainsi qu’à vos amis, pour toutes questions complémentaires.

En espérant avoir pu répondre à votre question de manière satisfaisante, je vous prie de croire, Madame, en l’expression de mes salutations sincères.

N.B. : Les listes électorales ont été clôturées au 31 juillet. Les communes étaient chargées de les livrer aux partis pour le 5 septembre au plus tard, après avoir fait vérifier le fichier par le SPF Intérieur. À Ixelles, on a connu un certain retard, puisque les partis ont reçu la liste le 10 septembre.

Donc en gros, si vous avez reçu du courrier nominatif avant le mois de septembre, ou que vous en recevez encore après les élections communales, vous êtes en droit d’aller le signaler à la région bruxelloise et à la commission de la protection de la vie privée.
En oubliant pas de mentionner aux deux parties que votre demande à été envoyée chez l’autre également.


[1] : e-mail envoyé à info@lecdh.be le 30 juin 2012

Si éventuellement un politicien vous envoie du courrier personnalisé durant la campagne électorale et que vous voulez faire exercer votre droit d’opposition, cliquez sur le lien.

Le Neuromarketing : à l’assaut de nos cerveaux


Ça vous est déjà arrivé de vous faire arrêter dans la rue par des mecs qui vous demandent de l’argent pour la bonne cause, vous demandent de participer à un sondage ? Et ceux qui vous demandent de les suivre dans un appartement pour faire un test ?
J’ai eu le coup une fois quand j’étais à Lyon. Bien sûr, je n’étais pas seule parce que vous vous doutez bien qu’un mec qui m’arrête dans la rue pour me demander de le suivre dans un appartement sans même me dire comment il s’appelle, même en plein jour, je l’envoie chier. Là, du coup, j’étais avec des copains et le mec nous dit qu’il voudrait qu’on fasse un test marketing dans un faux magasin. Il fallait faire semblant de faire des courses, choisir les produits qu’on achèterait… On était des étudiants pauvres. A l’époque, on se cotisait ensemble pour acheter de quoi manger. On achetait des sachets de 5kg de pâtes industrielles dégueulasses chez Leader Price parce que ça coûtait moins cher au kilo que les sachets de 500g. Et là, on se trouvait dans un magasin où il n’y a pas les prix. Il fallait juste choisir des produits, les mettre dans le caddie et les remettre à la sortie. Bien sûr qu’on a pris du vrai Nesquick, des Barilla et même du vrai brownie ! On n’est pas cons, on n’allait pas payer ! C’était comme jouer à la dinette !
Et un peu comme les mecs d’Oxfam ou Médecin du Monde s’entêtent à convaincre les jeunes au chômage ou les étudiants déjà endettés, ce mec, avec sa fake-superette, s’était trompé de cible.

A l’époque, on s’en foutait. Mais depuis que j’ai regardé ce documentaire, je me rends compte que les mecs qui font du Marketing sont vraiment à côté de la plaque parfois…

Dans le documentaire, ils testent les emplacements, les emballages des produits. Ils les étudient pour mettre en valeur certaines marques. Je suis peut-être un cas à part parce qu’une fois arrivée en Belgique, je ne connaissais (et je ne connais toujours pas) les marques. Je prends ce qu’il y a de moins chers. Je n’achète pas les trucs tout préparés, je fais tout moi-même. Si je suis déçue par la qualité d’un produit, j’achète celui qui est légèrement plus cher, jusqu’à trouver ce qui me convient. Tout ça parce que j’ai appris très tôt que l’ingrédient est important, mais la manière de le préparer est tout aussi importante si on veut faire un plat qui casse des culs. Bref…

Toujours dans ce même documentaire, on nous montre l’influence des marques sur des gamins de 5 ans. S’ils reconnaissent Apple ou Mc Donald’s, € ou @ sont des concepts encore peu familiers. Mais voyez-les s’extasier, si fiers d’eux, face aux marques qui peuplent leurs regards à la télé, dans la rue, dans les magazines que Papa et Maman laissent sur la table basse ou aux cabinets. Ils n’ont pas tort : on tombe dedans à la naissance. Je n’avais même pas 2 ans que les seuls trucs que je regardais à la télé, c’était les pubs et le Top 50. Mais vraiment ! Ma mère m’a souvent raconté que je courrai à travers tout l’appartement pour voir les pubs, seulement les pubs et qu’après, je retournais dans ma piaule.

On insiste sur Mc Donald’s dans le documentaire parce que Mc Donald’s est une société qui a compris très tôt que les vrais tauliers à la maison, de nos jours, ce sont les chiards (je me permets, j’en ai pas mais je me rappelle assez bien quels connards on était avec mon frère quand on était gamins). Et comment expliquer implicitement à des gamins qu’ils doivent choisir Mc Donald’s ? En faisant comme à la pêche : en mettant un appât. L’appât, chez Ronald, c’est le Happy Meal et surtout le jouet qu’il y a dedans. Les gamins n’en ont jamais assez. Pour eux, c’est un cadeau, pas quelque chose qu’on achète en plus. C’est plus facile pour décider les parents de les emmener là-bas. T’as à manger, tu choisis ce que tu veux manger (you got da power bitch !) et en plus, t’as pas à négocier avec les géniteurs pour avoir un cadeau avant ton anniversaire. D’office tu l’as ! Tout le monde est content. Surtout Ronald qui se marre bien parce que Junior a 4 ans et que quand il aura 18 ans, il se tournera vers Tonton Ronald pour avoir un job. Et que quand Junior aura, à son tour, des Little Junior, il sera bien obligé de les emmener chez Tonton Ronald. Vous ne l’entendez pas mais ça fait 50 ans que Ronald pousse un rire diabolique derrière son maquillage grotesque. Il est pas con. Dresser les gamins, c’est de l’investissement sur le long terme. C’est l’éducation marketing précoce qui rapporte un max !

On a pas mal parlé de Mc Donald’s mais Coca Cola aussi fait ça. Avec les placements produits, les personnages, les pubs (oh les ours polaires, qu’ils sont mignons !),… Même les adultes, inconsciemment, sont persuadés que le Coca est meilleur que tous les autres sodas du même type. Alors que, dans le reportage d’Elise Lucet, il est dit que lorsqu’on fait goûter, à l’aveugle, à des adultes du coca et du pepsi, ils préfèrent majoritairement le pepsi. Alors que, lorsqu’ils voient les emballages, ils préfèrent le goût du Coca. Notre cerveau est tellement trafiqué, orienté, influencé, MANIPULE, qu’on ne peut même plus faire confiance à nos sens.

Jusqu’où iront-ils ? Jusqu’à étudier notre cerveau pour trouver des failles et les exploiter. Sauf que la question est mal posée. Plutôt que d’utiliser le futur, j’aurai du employer le présent, voire même le passé.

Pendant que je testais le fake magasin avec mes copains et qu’on jouait à « et si on avait des sous« , d’autres mettaient au point des expériences sur des êtres humains pour savoir comment leur vendre des trucs sans qu’ils ne s’en rendent compte. C’est ainsi qu’en 2006, la société Neurosense a fait passer des mères de famille dans des IRM pour étudier la réaction de leur cerveau par rapport à des odeurs d’ambiance. Est-ce que votre cerveau est juste émoustillé ou se rend-il compte qu’on essaie de l’embrouiller ? C’est cette nuance qui importe. C’est plus fort que ces messages subliminaux que les supermarchés passeraient en même temps que la musique de fond [1]. On ne vous incite plus à être (seulement) honnête, à ne pas causer du tort au magasin, on vous incite, vous convainc à acheter des trucs dont vous n’avez peut-être même pas l’utilité, à dépenser votre argent, que vous le vouliez ou non.

Pour les responsables marketing, c’est normal : c’est l’argent qui fait tourner le monde.
A 44:00, dans la vidéo, il y a un marketeux, Patrick Renvoisé de la société SalesBrain (j’adore le nom) qui dit qu’il ne faut pas confondre « conviction » [2] et « manipulation ». Il dit que la France est méfiante et interdit le neuromarketing pour de mauvaises raisons. Il explique qu’en gros, le neuromarketing, c’est bien parce que ça t’influence dans la bonne direction. Il appelle ça « conviction ». Alors que moi et mon copain Larousse 2002, on appelle ça de la manipulation [3].

Comme le rappelle Elise Lucet à Yves Tirode, directeur général de voyages-sncf.com, utiliser l’IRM pour des expériences et des études marketing, c’est illégal.

Article 16-14 du code civil : Les techniques d’imagerie cérébrale ne peuvent être employées qu’à des fins médicales ou de recherche scientifique, ou dans le cadre d’expertises judiciaires. Le consentement exprès de la personne doit être recueilli par écrit préalablement à la réalisation de l’examen, après qu’elle a été dûment informée de sa nature et de sa finalité. Le consentement mentionne la finalité de l’examen. Il est révocable sans forme et à tout moment.

Certaines sociétés n’hésitent pas à s’associer à des scientifiques pour être sures de pouvoir utiliser les dernières découvertes, les dernières recherches (comme Neurofocus au prix nobel de médecine Eric Kandel). Ce qui est magnifique, c’est que certains ne sont même pas au courant qu’ils servent de faire-valoir à des brevets (voir encore le documentaire). La tronche du professeur qui apprend sous la caméra de France 2 que L’Oréal a utilisé son nom sur un brevet est assez révélatrice du malaise que représente le neuromarketing.

Les marketeux nous expliquent que c’est bien parce qu’en orientant le consommateur, ils font de la thune. Mais en quoi c’est véritable bon pour le consommateur ? Ne pensez-vous pas qu’il pourrait y avoir un véritable danger là-dedans ?
Quand on sait que les politiciens n’hésitent pas non plus à emprunter les techniques marketing pour se vendre, pour vendre leur programme et « acheter » le vote des gens, ne peuvent-ils pas, à terme, se pencher également sur le neuromarketing pour nous faire voter ce qu’ils veulent ?
Pire, le feraient-ils déjà ?


[1] Bien sûr, ce sont des trucs dont tout le monde a entendu parler mais de là à savoir si c’est vrai… Après tout, la STIB (société de transports en commun à Bruxelles) diffuse bien de la musique classique le soir pour éviter que les jeunes, indésirables, ne s’attroupent dans les bouches de métro après une certaine heure.

[2] Conviction : croyance ferme

[3] Manipuler : amener quelqu’un à agir dans le sens que l’on souhaite, s’en servir comme moyen pour arriver à ses fin ; manœuvrer

L’Empire Islamo-Judéo-Trotskiste des Qatari anglo-américains ?


La vidéo est titrée « Le Petit Soral Illustré avec Parano Magazine » et on peut lire en description « Avec Alain Soral, comprendre l’Empire Islamo-Judéo-Trotskiste des Qatari anglo-américains grâce aux Évangiles et Tariq Ramadan. Pour plus d’informations, lisez Parano Magazine ».

J’ai écouté une première fois la bande son de la vidéo, sans avoir accès aux images (au bureau). Puis, de retour à la maison (et surtout parce que je n’avais rien pané à ce que ce monsieur bavait), j’ai de nouveau lancé la vidéo, en prenant bien soin de regarder les images.
Bien que les concepts de Dorothée, Power Ranger, que je vois à quelle étiquette on attache Mickey ou encore Olivier Besançenot, je vous le dis tout net, je n’ai strictement rien compris à ce que le monsieur racontait.

Je viens donc vous demander votre aide. Oui, aidez-moi à comprendre ce qu’il raconte. Expliquez moi comme si j’avais 4 ans. Parce que je n’ai rien compris du tout. Pourtant, pour être sûre, j’ai repris mon dictionnaire afin de m’assurer de la signification des mots employés, j’ai cherché à savoir qui était Alain Soral et ce qu’était Parano Magazine (histoire de savoir un peu comme prendre leur vidéo illustrée. Si c’est sérieux ou si c’est juste du troll).

La première chose que je n’ai pas compris, c’est quand il dit que Tariq Ramadan a été choisi par les médias (ok) et par les Islamo-trotskistes pour parler au nom des musulmans. C’est là que, déjà, je constate ma méconnaissance totale du monde d’aujourd’hui : qu’est-ce qu’un islamo-trotskiste ?

Ensuite, la phrase « il est comme Attali, c’est un nomade. Il n’est ni égyptien, ni suisse, ni quoi que ce soit » Comment ça un « nomade » ? Pour moi, un nomade, c’est l’inverse d’un mec sédentaire, donc un mec qui bouge tout le temps et qui n’a pas vraiment de maison fixe (attention, ne pas confondre avec SDF. Le nomade n’a pas de maison fixe parce qu’il ne veut bien aussi). Attali, si je ne me trompe pas, c’est quand même bien un Français né en Algérie qui a passé la plus grosse partie de sa vie en France, au service de la France et de son gouvernement. Je vois pas trop en quoi il est nomade. Mais bon, peut-être que je ne suis pas assez renseignée. Je vous avoue que je préfère étudier les biographies de rock stars plutôt que celles des hauts fonctionnaires. J’suis comme ça moi.

Le truc sur « un quelqu’un travaille pour qui le paie » non plus j’ai pas compris. Enfin si, j’ai compris que Soral se dit « ok, Ramadan parle publiquement et tout, donc il doit bien avoir des mécènes ou des mecs qui le paient pour dire ce qu’il dit » mais le mec dit ensuite que c’est le gouvernement anglais qui le rémunère. Alors bon, étant donné qu’il bosse à l’université d’Oxford, oui, il est payé par les anglais. C’est normal. Mais bon, je me demande si ça ne revient pas à dire « Bruno Gollnisch est payé par l’université Lyon III pour faire l’apologie du Front National » (Bien que la réputation de la fac Lyon III ne soit plus à faire, cette université verse un salaire à Gollnisch pour son travail de professeur et non d’homme politique à ce que je sache). Bon. Je reste sans réponse.

Mais en fait, il dit surtout que c’est l’Angleterre, au titre de « matrice de la domination mondialiste judéo-anglo-saxonne« , autrement appelé « l’Empire » qui est le mécène de Tariq Ramadan. Mais de quoi parle-t-il ? On me souffle dans l’oreillette qu’il parle des illuminati. Qu’en pensez-vous ?

Bon, après, il reparle des réseaux de relation judéo-trotskistes qui manipulent les jeunes des banlieues pour qu’ils passent pour des cons en JT de Claire Chazal. Je ne reviens pas là-dessus tant que je n’ai pas d’explication sur ces Besançenot à bouclettes.
Encore que… Encore que ! Peut-être que ça a un lien avec les Qataris (ce sont peut-être eux les judéo-trotskistes à bouclettes). Bon après, tout ce qu’il dit sur le Qatar, comme quoi ce pays finance tout ce qui est susceptible de faire chier des pays (mais j’ai pas compris lesquels et comme je vous dis, là, j’ai encore moins compris. Moins que rien, c’est quand même bien balèze !)

Alors, vous aurez bien deux heures pour m’expliquer ce que ce mec a dit en 5 minutes, non ?

Sa lettre ouverte à Canal Plus


Note préliminaire : La lettre qui suit a été écrite par un ami souhaitant garder l’anonymat. Elle n’est donc pas signée et est publiée sous mon compte.


Bonjour,

Je souhaite réagir à l’émission du Grand Journal du 14 Avril 2012, et notamment à la fameuse intervention de Nicolas Dupont-Aignan, sur la question des salaires des protagonistes de l’émission. Ces derniers (Messieurs Jean-Michel Apathie et Michel Denisot) n’ont pas répondu. Pourtant la question est légitime sur le fond : comment peut-on représenter la voix du peuple quand on perd le sens des réalités ?
En revisionnant l’intervention de Mr Dupont-Aignan, et la réaction de Mr Jean-Michel Apathie (« Rho putain ! »), je suis simplement indigné. Ni en colère, ni haineux, ni révolté, ni consterné, indigné car je pense être justement très bien placé pour discuter de la question des salaires de Mr Apathie, de Mr Denisot, ou de leur faire-valoir Mme Massenet, et de leur sens des réalités. Mais je suis impoli, je ne me suis pas encore présenté.

Je suis Fabrice Marquet, de la Direction des Relations Clients Canal Plus. Bien que ne faisant pas parti du groupe activiste Anonymous, je suis Légion. Mon collègue s’appelle également Fabrice Marquet. Nous nous appelons tous Fabrice Marquet. (Je fais bien sûr référence à l’épisode de Bref, « Je suis Éric Dampierre » diffusé dans le Grand Journal le 26/03/2012) Nous sommes payés au SMIC, et nous ne sommes pas vraiment de la Direction des Relations Client de Canal Plus. Je ne travaille pas non plus directement pour Canal Plus, puisque je suis chez un prestataire de la relation client à distance.
Mon travail consiste à prendre ce pseudo, à contacter de futurs-ex abonnés Canal Plus / Canal Sat et de leur proposer diverses offres alléchantes afin qu’ils puissent « continuer l’aventure avec nous ». Donc oui, si vous êtes toujours aussi bien payés Messieurs Apathie et Denisot, c’est un peu grâce à moi.

Rappelons le contexte et les bases. Pour information, au cas où vous ne le sauriez pas, un abonnement Canal Plus coûte 36 euros par mois, et un abonnement Canal Sat 23,90 euros par mois (je ne compte pas la location des décodeurs, les diverses options, où la merveilleuse invention de Canal Plus « Multi-Écrans » à 39,90 euros par mois, qui risque de coûter plus cher à Canal lui-même qu’à ses abonnés). Canal Plus est donc devenu un produit de luxe.
D’après l’article paru dans La Tribune du 28 juin 2011, Canal Plus aurait perdu 240 000 abonnés en deux ans. De là à en déduire que l’aspect financier est le premier motif de résiliation, le raccourci est rapidement pris. Bien sûr, il y a des tas d’aspects à prendre en compte : le mécontentement généralisé des programmes, les problèmes techniques non-résolus, les motifs légitimes… mais ce n’est pas l’objet de cette lettre. Et c’est là que Fabrice entre en scène.

Nous n’avons pas toujours réponse à tout, et surtout pas à la misère.

Étant sur le terrain tous les jours, celui que revendique Mr Dupont-Aignan (je tiens d’ailleurs à préciser que je n’embrasse pas ses idées politiques, mais que je m’intéresse simplement à ses propos dans votre émission), je peux donc facilement évoquer les difficultés que rencontrent vos abonnés. Combien de fois ai-je pu entendre cette phrase lancée comme un appel au secours « c’est trop cher ! » ? Je vous invite d’ailleurs cordialement, Messieurs Apathie et Denisot, à écouter mes appels (pour ça, c’est facile, vous demandez « je peux écouter Fabrice Marquet ? », vous ne pouvez pas vous planter), et à connaître la réalité des personnes qui versent votre salaire.
Pendant sept heures, j’enfile le rôle du sémillant Fabrice – comme on pourrait enfiler un Tatayé – qui endort les abonnés en les rassurant sur la qualité de la programmation de Canal Plus grâce à un script pré-écrit où l’on a réponse à tout, et en leur faisant une remise tarifaire sur un an. Enfin, ça, c’est quand ça se passe bien.
Je vous renvoie toujours à l’épisode de Bref « Je suis Éric Dampierre », qui détaille véritablement les procédures d’un appel. Car nous n’avons pas toujours réponse à tout, et surtout pas à la misère.

Pour résilier avant l’échéance de son abonnement Canal Plus ? Contacter sa banque, faire opposition aux prélèvements, envoyer un courrier dans lequel le client explique être en grande difficulté financière, et qu’il souhaite anticiper la fin de son abonnement avant son échéance.

L’autre jour encore, une abonnée éclate de colère lorsque je lui annonce qu’elle est engagée jusque 2013 (n.b. : Canal Plus est encore l’un des rares abonnements à réengager leurs abonnés tacitement tous les ans à leur date anniversaire de leur contrat pour une année supplémentaire, uniquement en les prévenant trois mois à l’avance par l’envoi d’un magazine leur informant de leur date anniversaire, et se dégageant de la loi Chatel sous prétexte que leur magazine est un support papier, envoyé par la Poste. Je ne m’attarderai pas davantage sur ce point, il suffit simplement de comptabiliser le nombre de forums sur Internet qui traitent de ce sujet délicat.). Elle m’explique que tout allait bien jusqu’à la spirale infernale, et malheureusement tellement banale : perte de travail, déménagement pour baisser le loyer, perte d’allocations, j’en passe. Elle est en colère, elle hurle au téléphone « Comment vous pouvez me faire ça ?! Non mais ce n’est pas après vous que j’en ai… » Pourtant, je suis aussi responsable. Mon job demande de lui proposer une remise tarifaire « qui l’accompagnera pendant cette période difficile », mais qui la réengage jusque 2014. Elle crie, puis éclate en sanglot, s’excuse de crier contre moi, qu’elle comprend que je fais simplement mon travail. J’ai la nausée, celle de Sartre. Et là, je fais quelque chose que je n’ai pas le droit de faire : je lui explique qu’elle peut contacter sa banque, faire opposition aux prélèvements, et lui demander de nous envoyer un courrier comme quoi elle est en grande difficulté financière, et qu’elle souhaite anticiper la fin de son abonnement avant son échéance. Il est clairement stipulée dans la base de données interne de Canal Plus – qui sert aux conseillers à trouver les informations sur les abonnements et les réponses aux objections – qu’il est interdit de propose pro-activement aux clients de demander à leur banque de nous envoyer un courrier. Le chômage, les difficultés financières, la précarité de l’emploi ne sont pas des motifs légitimes pour arrêter les abonnements avant leur échéance.


suite et conclusion prochainement

Canal +, il faut qu’on parle


Canal +, toi et moi, on est née la même année. On a grandi ensemble. Aujourd’hui, on va sur nos 28 ans toutes les deux et je crois qu’il faut qu’on parle…

Tu étais avec moi dans mon salon quand j’ai appris à chanter, à parler ensuite, à danser et à rire avec tes comiques. Pour moi, la télévision, la vraie, c’était toi. Tu proposais du cinéma, du vrai, avant toutes les autres chaînes. Avec mon magnétoscope, je pouvais enregistrer ces films en version originale, ce que les autres chaînes ne proposaient pas. C’est comme ça que j’ai compris que Madonna ne parlait pas vraiment français mais qu’elle était doublée par une actrice française. J’ai appris pleins de choses avec toi.

Bien sûr, il y avait le club Dorothée qui est une véritable institution culturelle pour ma génération (même si ma mère a découvert Dorothée avant de me connaître) mais avec toi, c’était pas pareil. Tu proposais toujours une autre culture. La mention « The End » et « That’s all, Folks« , je l’ai apprise avec toi, avec les dessins animés que tu passais.

Je suis tombée amoureuse de la musique grâce à toi et à ton top 50. J’ai encore la parure de drap aux couleurs de l’émission chez ma mère ! Tu te rends compte ? Combien d’émissions ont des parures de draps à leur effigie ? Je me rappelle du présentateur, du générique, des tubes qui passaient. Et les concerts mythiques de Nulle Part Ailleurs. C’était de la vraie découverte, avant-garde, avant tout le monde. Avec de vraies interviews.

Maintenant, Canal, tu passes pour une gourde. Laisser Ariane Massenet poser des questions aussi stupides à des personnalités aussi importantes et brillantes, ça fait de la peine. J’ai honte limite. Je me dis que subir la promo en Allemagne avec leurs jeux à la con et les présentations folkloriques, ça ne doit déjà pas être évident mais à la limite, les stars ne sont que spectatrices et participent dans la limite de leur bonne foi. Mais face à Ariane Massenet, ce doit être très dur. Garder son sérieux et se retenir de lui dire « est-ce que ça t’arrive de réfléchir ? » suivi d’un « tu es une vraie professionnelle ou t’as couché pour atterrir là ?« , ce doit être réellement dur. Ça ne m’étonnerait pas que les acteurs, comme les musiciens, qui ont été confrontés à ta présentatrice ultra-payée se soient payés une crise d’urticaire après être passé sur le plateau du Grand Journal. Vraiment, ça me fait de la peine.
Combien de fois je me suis énervée en me disant « mais y’a tellement de questions plus intéressantes et pertinentes ? », « mais tu sais au moins à qui tu parles ?« , « tu fais passer les Français pour des débiles, pitié, ferme-la !« … J’ai entendu dire que tu ne poursuivras pas l’aventure avec cette femme ? C’est vrai ? Si c’est le cas, je te félicite. C’est bien. Maintenant, il serait sage de dégager aussi Charlotte Le Bon. Certes, elle a un physique des plus appréciables mais elle n’est pas drôle. Ses blagues ne sont pas pertinentes. Ses sketchs sont grotesques. Mon voisin, 12 ans, trouve que c’est pas drôle. Et pourtant, mon voisin, il les comprend les blagues. Mais il trouve ça nul.

Tu te rends compte qu’à l’époque, tu avais De Caunes et Garcia qui faisaient des sketchs qui faisaient réagir les invités ? Ce sont des scènes qui ont tellement marqué le public que les DVD se sont bien vendus. Pose-toi la question, Canal, tu penses vraiment que des DVD du Petit Journal ou de la leçon de Charlotte Le Bon, ça se vendrait aussi bien ? Tu sais que si tu sortais des DVD ou bluray des concerts de Nulle Part Ailleurs, ça se vendrait ? Mais des concerts actuels… Ne te cache pas derrière l’excuse du piratage, de l’ère d’internet. Je t’assure que ça se vendrait. Les gens qui ont apprécié Canal Plus à sa grande époque lâcheraient des sous pour revoir des vieux programmes (mais en bonne qualité, bien sûr).

Tiens, en parlant de qualité. Écoute Canal, il y a un truc qui me chiffonne. Ton player vidéo sur ton website est une insulte à internet. Comment veux-tu qu’on regarde tes programmes avec un player qui bugue toutes les 5 minutes. Je me rappelle qu’à l’époque d’Avatar, tu avais mis de la publicité pour ce film partout. A tel point que ça m’a dégoûté du film (je ne l’ai vu qu’en version bluray sur ma télé et pas au cinéma tellement tu m’as poussé à l’overdose), à tel point que le player ne se lançait pas tellement tes publicités faisaient ramer mon ordinateur. Pourtant, il ne date pas de Mathusalem mon ordinateur, et étrangement, j’arrive encore à lancer iTunes, Photoshop, Illustrator, Chrome et Firefox en même temps, sans qu’il agonise. La preuve que ton player est à chier.

Tu vas me dire que si ça ne me plaît pas, je n’ai qu’à pas regarder. Mais enfin Canal ! Tu ne peux pas me faire ça ! Moi, si je te parle aujourd’hui, si je me confie à toi, c’est que j’ai encore de l’espoir ! Je suis encore persuadée que tu peux faire de grandes choses, que tu es capable de relever le niveau (non, pas avec Mouloud, ni avec Ali Baddou). J’ai foi en toi. Comme à une petite sœur qui se serait perdue en chemin, je te parle aujourd’hui pour t’expliquer mon point de vue, qui est sans doute partagé par beaucoup. Canal Plus, il faut que tu recrutes des gens qui ont des compétences, qui ont du charisme. C’est bien les private joke mais les gens qui en ont dans le slip, c’est TA marque de fabrique ! Pense à nous. Nous, on n’est pas pote avec Barthès, on s’en fout de sa life. Nous, ce qu’on veut, c’est du divertissement de qualité ! Je sais que tu peux le faire. Alors sors toi les doigts, reprends toi et étonne-nous.

Affectueusement, Louloune.

P.S. : On vient de me confier qu’Ariane Massenet allait remplacer Maïtena Biraben ? Mais non Canal ! Faut la virer purement et simplement ! As-tu penser à tous ces spectateurs à qui tu vas infliger les commentaires navrants de Massenet dès le matin ? Mais ça va pas ? Tu files un très mauvais coton !

Madame, Monsieur, votre entreprise sent des aisselles


Madame, Monsieur,

J’ai été particulièrement touché par l’intérêt que vous aviez porté à ma candidature. J’ai apprécié ces deux entretiens passés avec vous. La visite de vos bureaux m’a particulièrement impressionnée pour plusieurs raisons (la cafétéria, l’espace détente avec télé et consoles). Egalement, ma rencontre avec Mr [Nom du directeur] fut très enrichissante.

Pourtant, bien que le poste soit une véritable opportunité pour ma carrière, que votre entreprise soit prestigieuse, que l’ambiance ait l’air des plus agréable, je me vois dans l’obligation de refuser ce poste de [intitulé du poste] en raison de votre manque flagrant de politesse et de courtoisie.

En effet, si votre enthousiasme de départ me laissait penser que vous étiez fortement intéressé par ma candidature, je n’ai plus su quoi en déduire lorsque je suis resté sans nouvelle, qu’on m’a prié de rappeler ultérieurement pour avoir une réponse, qu’on m’a assuré que rien n’avait été décidé,… Le temps passant, j’ai commencé à me demander si j’entretenais une correspondance avec une société de renommée internationale ou avec une demoiselle quelconque, incapable de dire clairement qu’elle ne veut plus revoir un garçon pour être sure de se le garder sous le coude « au cas où ».

Sauf que, Madame, Monsieur, je suis quelqu’un de franc et de direct. Je n’aime pas passer par 4 chemins. Aussi, je vais être clair avec vous : je n’apprécie déjà pas le manque de politesse de certaines demoiselles qui agissent comme elles étaient le centre de l’univers et que les autres êtres humains n’existaient que pour les divertir, j’ai encore plus de mal à comprendre ce comportement puéril de votre part.

Aussi, j’ai réfléchi. Je me rends évidemment compte que si vous traitez les gens de la sorte avant même qu’ils n’aient signé, je n’ose pas imaginer dans quelle atmosphère de mépris vos employés évoluent. Peut-être apprécient-ils ce cadre de vie. Après tout, il y a toujours des garçons pour se faire avoir par ces filles indécises qui aiment se regarder le nombril. Ce n’est pas mon cas.

Madame, Monsieur, c’est avec grand regret que je me vois dans l’obligation de refuser votre offre d’emploi, n’attendant donc aucune réponse de votre part. Je ne vous cache pas la très grande déception que vous représentez à présent à mes yeux.

Vous souhaitant malgré tout une bonne continuation, veuillez agréer, Madame, Monsieur, l’expression de mes salutations les plus banales.


Usez de votre droit de réponse.